Sigma-arp

Association de Recherches en Psychopathologie

ÉDITORIAL par Mathieu Personnic


         Les déments, les déficients, les « dys » – phasiques, lexiques, praxiques, … – sont ceux que la doxa contemporaine désigne d’un « en moins ». Un moins d’intelligence, de mémoire, d’esprit, qu’elle enracine dans l’organisme. Cet « en moins » se chiffre, s’évalue et donne lieu à compensation, faisant des corps des valeurs d’échange, à l’intersection des discours de la science et du capitalisme.

      Esquirol écrivait : « L’homme en démence est privé des biens dont il jouissait autrefois ; c’est un riche devenu pauvre. L’idiot a toujours été dans l’infortune et la misère »1. La métaphore économique continue de se filer de nos jours, des neurologues mettant en avant un « capital mémoire » qu’il importerait de préserver par des actions de prévention adéquates2. Si cela hélas ne suffit pas, il est désormais possible de prendre une assurance. Une enseigne bien connue propose un contrat « Capital Mémoire » couvrant les frais entraînés par la maladie d’Alzheimer. Quant aux infortunés de toujours, leur misère également se chiffre. La prépondérance de la psychométrie dans les décisions d’orientation ne se dément pas. Le QI fait loi, même quand les psychométriciens les plus convaincus découragent son utilisation3.

       Cliniciens orientés par la psychanalyse, nous travaillons au plus près d’un sujet qui par définition n’a pas d’âge – fût-il un âge mental. Causé qu’il est par le discours, le sujet lui-même n’est pas l’être parlant. De là à le considérer comme pur Esprit, à l’inscrire dans une métaphysique désincarnée, il n’y aurait qu’un pas, qui se paierait de l’oubli du corps.

         C’est là que l’introduction du parlêtre par Jacques Lacan permet de nouer le sujet à la jouissance du corps, désigne l’être charnel « ravagé par le verbe »4. Il rend possible une clinique qui échappe tout autant au réductionnisme biologique qu’à la psychologisation naïve, mais aussi à la dangereuse illusion qu’il y aurait à envisager une commune mesure et des correspondances terme à terme entre l’exploration du psychisme et celle de l’organisme. Car c’est cet incommensurable même qui, comme le démontre Éric Laurent, fonde l’inconscient freudien. « Le pas-tout, l’impossible, le trou marquent la situation du symbolique dans son rapport au corps, et définissent le champ du réel de l’expérience de jouissance »5.

       Auprès de ceux que le lien social contemporain présente comme des « diminués », l’éthique de la psychanalyse seule prend acte de ce qu’un manque fondamental afflige tout sujet parlant, manque qu’il panse avec son corps6. De Mens questionne donc la mentalité, le pensement et la pansée qui en résultent.

_________________________
1 Esquirol (J.-É.-D.), Des maladies mentales, tome ii, J.-B. Baillière, Paris, 1838, p. 285-286.
2 Small (G.), Préservez votre capital mémoire, Presses du Châtelet, Paris, 2004.
3 Lautrey (J.), « Pour l’abandon du QI : les raisons du succès d’un concept dépassé », in Duru-Bellat (M.), Fournier (M.), L’intelligence de l’enfant, L’empreinte du social, Éditions Sciences Humaines, Auxerre, 2007.
4 Lacan (J.), Le triomphe de la religion (1974), Seuil, Paris, 2005, p. 90.
5 Laurent (É.), « Usage des neurosciences pour la psychanalyse », in Magistretti (P.), Ansermet (F.), Neurosciences et psychanalyse, Odile Jacob, Paris, 2010, p. 295.
6 Lacan (J.), Le Séminaire, livre XXIII, Le sinthome (1975-1976), Seuil, Paris, 2005, p. 66.


SOMMAIRE

Éditorial, Mathieu Personnic

CLINIQUE

Trajet d’un sujet au sein d’un EHPAD..., Élisabeth Germain
Quand un sujet perd l’esprit, Mathilde Coudray, Aurélie Gougeon
« J’ai toujours oublié... », Marie Leblanc
Madame T. et son reflet, Kathy Dartier
Du deux-coupage au nouage, Béatrice Brault-Lebrun
Le dys fonctionne, Dorothée Delbary

RECHERCHES

Fonction du prête-mot et construction de fictions, S. Borgogno, K. Dartier, M. Leblanc, W. Robin-Vinat
Démence ou inhibition psychotique ?, François Sauvagnat, Maud Vinet-Couchevellou
Effets de formation, un pari pour la subjectivité, Claudine Valette-Damase
De l’esprit du mens au corps du dément, Mathieu Rouet
Au sujet d’une maladie étrange du cortex cérébral, Aloïs Alzheimer (trad. S. Hommel & L. Salzer)
Présentation et introduction au texte de Georges Daumézon, Mathieu Personnic
Les états régressifs aigus chez les vieillards, Georges Daumézon

OUVERTURES

Q.I. Interruptus, Catherine Thimeur-Tencé
Ce qui laisse à désirer, Christophe Even
À propos de « Un monde sans fous », Agnès Chartier
« 11.19, une jambe en moins dans la tête », rencontre avec J. Houville, M. Farès, S. Laborie
Lathouse et Alzheimer : chronique d’une découverte « science-ationnelle », Mathieu Rouet

Σ          Qui sommes-nous ?          Nous contacter          Les membres          Liens

Sigma n° 4

« De Mens »