Sigma-arp

Association de Recherches en Psychopathologie

« Moi le symptôme, je m’écris : 
Si la psychopathologie contemporaine découpe, met en pièce, classifie, comptabilise, commercialise, comble, évalue, oublie et recycle, pour se réduire à des manuels - sommes de troubles inarticulés, alors je suis son envers. 
Pris à la lettre, que suis-je ? Chiffre, chiffrage, chiffrage de ce qui cloche - lettre qui désigne. Comme lettre, Σ  me  nomme donc en tant que je réponds au fantasme de mon éradication programmée.
Malgré l’entreprise à l’œuvre, du ravalement de mon sens à un signe, je persiste, chevillé au corps de l’homme que les nouveaux ex-perts de toutes pièces voudraient idéalement normer... Tu parles ! Mais « Qu’on dise reste oublié derrière ce qui se dit dans ce qui s’entend » rappelle qu’à vouloir faire parler la vérité à mon sujet tel médecin de mes amis la découvrit pourtant menteuse. Je resterai donc illisible à ceux qui ne pratiquent pas  ma langue car je suis le dire de ce qui ne cesse pas de ne pas s’écrire.
Mais d’où me vient que je me rappelle à vous de cette estampille de couverture ? De l’inopinée rencontre de l’université où le savoir s’examine et de l’expérience viennoise initiée il y a plus d’un siècle. De là, flottants entre deux discours, quelques-uns définirent les contours d’un objet marqué de ma lettre. Puis un deuxième. Puis un troisième... Si la débilité de ses créateurs s’en questionne, ils s’efforcent toutefois de ne pas s’y résoudre et tâchent de serrer au plus près ce qui les oriente, c’est-à-dire votre serviteur …
… à moins que je ne sois le leurre ? »
                                   La revue Sigma n° 5 est parue
                                     « Pluralité de l’autisme »

Σ          Qui sommes-nous ?          Nous contacter          Les membres          Liens

Σ
suspend son activité de publication à partir de ce dernier numéro paru